Montréal-York9 FC : Trois constats sur l’Impact

Publié par

On ne s’attendait pas à ce que soit facile, loin de là. Et puis on a vu Piatti sur la feuille de match. Et puis ça a été compliqué quand même. Mais l’Impact s’en est sorti grâce à un vieux penalty tout sale, ayant buté sur un très bon Nathan Ingham pendant tout le match. Une qualification et trois constats, c’est parti.

1) L’Impact a failli se faire avaler
Vu les récents déboires offensifs de la troupe montréalaise, on peut comprendre leur envie de se lancer à l’assaut du dernier tiers d’un adversaire supposément modeste. Ce faisant, il fallait toutefois garder un œil sur ses arrières pour éviter les rapides contre-attaques qui commencent à faire la réputation de York9. Malheureusement, autant Camacho que Cabrera se positionnaient très haut, tout comme Pantemis d’ailleurs (mais pourquoi?), et York9 s’est bien plus pendant les 20 premières minutes à prendre la voie rapide Abzi-Murofushi-Telfer sur son flanc gauche. N’eût été le manque de sang froid de Ryan Telfer lors de la sortie catastrophique de Pantemis, York9 aurait bien pu faire sombrer l’Impact.

2) C’était difficile pour les jeunes
Si Krolicki a su tirer son épingle du jeu, impossible de dire la même chose de Bayiha et Choinière. Les deux jeunes produits de l’académie avaient une belle occasion de se faire valoir, mais c’est plutôt un besoin d’aller enchaîner les minutes de jeu dans un niveau inférieur qui est ressorti. Autant l’un que l’autre a peiné devant un York9 fort bien organisé en défense, il faut l’admettre. Reste que leur implication dans le jeu était trop mince et qu’on aurait aimé voir un peu plus de rythme et de vitesse. Dommage.

3) Ce ne sera pas facile contre le Cavalry
York9 a surpris plus d’un observateur par la qualité de son jeu, et le niveau de la Première ligue canadienne était un sujet de discussion qui revenait souvent sur les réseaux sociaux. Oui, dans l’ensemble, York9 a bien joué. Mais si l’équipe de Jim Brennan a beaucoup progressé depuis le début de son existence (elle n’existe que depuis quatre mois, rappelons-le), elle ne possède pas les qualités et la discipline des champions de la saison printanière, qui viennent de défaire les Whitecaps grâce à une belle victoire de 1-2 au BC Place. Le travail accompli par l’entraîneur Tommy Wheeldon Jr à Calgary est impressionnant et son équipe n’a perdu que deux fois depuis le début de l’année, cumulant une fiche de onze victoires et deux défaites en ligue. De plus, elle n’a perdu qu’une fois à Spruce Meadows où aura lieu le match… retour.

Mais trêve d’observations grises et déprimantes. Nacho est de retour. Non seulement l’Argentin semblait relativement à l’aise sur la pelouse, mais en plus on sentait qu’il amenait un nouveau souffle à ses coéquipiers. L’Impact bougeait mieux le ballon dans le dernier tiers, les joueurs semblaient plus enclins à jouer vers l’avant et dans l’ensemble, bref, on a vu l’attaque prendre du mieux. Mais il y avait sur sa route un type nommé Nathan Ingham.

Prochaine étape : Philadelphie, meneur dans l’est, contre qui une petite victoire aiderait grandement à remettre le bateau à flot.