AS Blainville : les yeux rivés sur le championnat canadien

Publié par

Après une saison 2018 réussie, ponctuée notamment d’un passage remarqué en championnat canadien et d’un second titre consécutif en Première ligue de soccer du Québec (PLSQ), l’AS Blainville ne lésine pas sur les moyens pour s’assurer de faire encore une fois bonne figure tant en coupe nationale qu’en championnat. Nous nous sommes entretenus avec le président de l’AS Blainville, Sylvain Pereira, pour prendre le pouls du club de la couronne nord de Montréal à la veille de la saison 2019 et d’un championnat canadien « renouvelé ».

Point de vue recrutement, l’AS Blainville a frappé fort en février en annonçant coup sur coup la mise sous contrat de l’ancien joueur de l’Impact de Montréal Wandrille Lefèvre et l’acquisition de la sensation du championnat 2018, le prolifique attaquant Stefan Karajovanovic. Mais un mercato, c’est aussi synonyme de fin de parcours pour certains. « Nous avons eu quelques départs pour la « retraite », mentionne Sylvain Pereira, notamment Jean-Lou Gosselin, Guillaume Rivard et Julien Beauséjour. Il y a aussi Thibaud Moulinas qui est retourné en France. » Toutefois, signe que les choses vont bien, la liste est longue du côté des renouvellements. Maxime Leconte, Pierre-Rudolph Mayard, Nicolas Bertrand, Hoshang Noor Ali, Stephen Diaz, Bilal Lachouri, Hugo Chambon, Erwan Ofouya, LP Simard, Idir Didine, Jacques Chupin, Michelot Hyacinthe et Nafi Dicko seront tous de retour en 2019. Du côté des recrues, outre les arrivées de Lefèvre et de Karjovanovic, les bleu et blanc ont annoncé l’ajout Bilal Dicko-Raynauld (Gatineau) et du gardien Vincent Lamoulie (UQAM/Longueuil). Et les mouvements de personnel ne sont pas terminés. « Il y aura d’autres annonces d’ici la semaine prochaine », révèle Pereira.

En ajoutant un ancien de MLS et l’attaquant qui a probablement plus fait parler de lui en 2018 en PLSQ, on devine que le recrutement de Blainville a pour objectif de faire bonne figure Coupe des Voyageurs. Le président Pereira le reconnaît d’emblée, mais ne place pas pour autant le championnat québécois au second rang. « Le recrutement est orienté vers la réussite en championnat canadien, mais aussi pour remporter un troisième titre consécutif. On y prend goût! »

Or, la réussite sportive de son équipe phare ne consiste pas la priorité du club blainvillois. Selon Pereira, le principal objectif demeure celui de développer le bassin de talent du club et le club en tant que tel. « Notre promesse en tant que club est de développer les joueurs du plateau initiation à la Première ligue. Ensuite, nous désirons impliquer davantage nos joueurs de Première ligue au sein du club, dans nos activités, dans la formation et dans nos camps. » Mais sur le terrain, le club déploiera tous les efforts pour conserver son titre en PLSQ et se rendre plus loin que l’an dernier en championnat canadien, ce qui sous-entend un match contre l’Impact de Montréal, en troisième ronde.

Pour s’y rendre, l’AS Blainville devra d’abord se défaire du York 9 FC, puis écarter le FC Edmonton, deux équipes de la nouvelle Première ligue canadienne (PLC), qui amorcera ses activités en avril 2019. Des rumeurs persistantes font état de l’arrivée d’une équipe de PLC dans la région de Montréal, avec à sa tête l’ancienne gloire du soccer canadien, Alex Bunbury. Une arrivée qui pourrait bousculer l’ordre établi dans la province québécoise, mais qui n’inquiète pas du tout Sylvain Pereira. « Pour moi l’arrivée d’une équipe de PLC à Montréal/Laval est un must! Oui, nous allons perdre des joueurs, mais il faut voir ça comme une fierté et non une menace. Le mandat de l’Association de Soccer de Blainville est de développer des joueurs afin qu’ils puissent jouer au plus haut niveau possible. Nous « perdons » déjà plusieurs joueurs par année pour l’Impact et je vois toujours ça comme un signe de fierté. C’est une preuve que nous réussissons à faire notre travail. Ça sera la même chose pour la PLC. » Le président conclut en mentionnant qu’un joueur faisant partie du noyau de Blainville en 2018 vient de parapher une entente avec un club de PLC, mais qu’il ne peut en dire plus pour le moment.

Pour Pereira, il est évident que l’arrivée d’une équipe de PLC dans la région de Montréal sera un plus pour la PLSQ. Il en appelle toutefois aux autres clubs de la ligue. « Il faudrait que tous les clubs de PLSQ aient la même vision : développer le talent pour l’envoyer en PLC. Imaginez si les meilleurs joueurs de PLSQ et les meilleurs joueurs du CNHP formaient l’équipe de la PLC. Ça serait solide! » Vu la difficulté d’accéder au plus haut niveau en passant par l’académie de l’Impact de Montréal, on peut en effet difficilement imaginer une meilleure vitrine pour les produits du soccer local. Peut-être verrons-nous un jour Rémi Garde en tribune pour évaluer le rendement d’un joueur de l’équipe locale de PLC?

Mais ne brûlons pas les étapes. Blainville reprendra le collier en PLSQ début mai, avant de recevoir York le 15 mai en coupe, puis de se rendre en Ontario pour le match retour le 22 mai. Un rendez-vous à ne pas manquer qui devrait logiquement faire beaucoup parler les amateurs de soccer de la région de Montréal… et du reste du pays, espérons-le.