1919 : La saison (presque) parfaite de Grand Trunk

Publié par

Nous sommes en 1919. La Grande Guerre s’est terminée quelques mois auparavant, et les soldats reviennent progressivement au pays. Dans l’univers du foot québécois, on sent bien l’influence du conflit armé. L’année précédente, des soldats revenus de l’étranger avaient récupéré l’Invicta Football Club, club pensionnaire de première division, pour en faire le Great War Veterans Football Club, équipe bien entendu constituée d’anciens combattants. Sur les terrains, les autres clubs profitent aussi du retour de certains bons joueurs partis au front. Toutefois, aucune ne connaîtra cette année-là le succès du Grand Trunk Football Club, dont la saison 1919 s’inscrit parmi les plus grandes réussites de l’histoire du football québécois.

Grand Trunk, c’est l’équipe du Grand Trunk Railway Company of Canada, importante compagnie ferroviaire établie à Pointe-Saint-Charles. L’entreprise, créée en 1852, construira rapidement une voie ferrée entre Montréal et Toronto et contribuera à l’essor du transport ferroviaire dans l’est du Canada. Comme bien des entreprises à l’époque, Grand Trunk administre quelques associations sportives à son nom, notamment, en plus de son équipe de football, le Grand Trunk Boat Club, très réputé dans le milieu des sports nautiques à l’époque. L’origine de son équipe de football est difficile à établir précisément, mais on voit son nom apparaître en 1889. Plus de traces ensuite, mais elle fait partie des équipes inscrites au championnat dès la réforme de 1911, à la suite de la fondation de la Province of Quebec Football Association (P.Q.F.A.). Ironiquement, c’est en 1919, alors que son équipe de football est au sommet, que la compagnie ferroviaire fait faillite et est mise sous tutelle.

La Charity Cup
La saison s’amorce au début du mois de mai, mais rapidement, on saute à pieds joints dans l’impressionnant programme de coupes. Première échéance, la Charity Cup, compétition destinée à amasser des fonds pour aider les organismes de bienfaisance de la région en temps de guerre. Lancée en 1914, la compétition n’a jusqu’alors été remportée que par deux clubs : Invicta FC et Lyall FC, équipe de la réputée entreprise de construction de Peter Lyall & Sons. Qui plus est, en cinq éditions, elle n’a été gagnée qu’une seule fois par un club de première division, quand Lyall l’a soulevée pour une troisième fois de suite en 1918, alors que l’équipe était nouvellement promue en senior league.

C’est le 13 mai que se met en branle la Charity Cup 1919. Au premier tour, Grand Trunk écartera sans peine (6-0) l’équipe réserve du Verdun City FC, club de D1 dont la réserve évolue en seconde division. Au second tour, ça se corse, avec une rencontre difficile face à son rival et concurrent en affaires, le Canadian Pacific Railway. Les hommes au maillot rayé noir et blanc l’emporteront toutefois 2-1. Grand Trunk disposera ensuite de Vickers AFC (4-1) pour accéder à la demi-finale, où il battra Calvin AFC, l’une des bonnes équipes de seconde division (2-0).

La finale aura lieu le 5 juillet à Alexandra Park, le domicile de Grand Trunk, situé tout juste à côté de ses installations à Pointe-Saint-Charles. Le visiteur pour l’occasion sera Verdun City. Après avoir amorcé le tournoi contre son équipe réserve, les « Trunks », leaders du championnat, devront donc maintenant battre l’équipe première de Verdun, troisième au classement. L’affiche est donc très alléchante et, même si le match s’amorce sous la pluie, on établit un record d’assistance pour un match de football à Montréal, ce qui permettra d’amasser 972 $ pour la bonne cause. Durant toute la première mi-temps, les Trunks sont les agresseurs, mais les contre-attaques de Verdun rendent le match palpitant. Si Grand Trunk vient bien prêt de marquer, les équipes retournent au vestiaire pour la mi-temps sur un score vierge. Au retour, Grand Trunk reprend là où il avait laissé et se lance à l’assaut du but adverse. Cette fois, c’est payant; peu après le début du second engagement, McLeish bat Dann, le gardien verdunois. Grand Trunk ne se reposera toutefois pas sur ses lauriers et continuera d’appliquer la pression, si bien que les contre-attaques de Verdun City deviendront de plus en plus rares. Le but de McLeish sera finalement le seul du match et les Trunks pourront célébrer leur premier triomphe de 1919.

La coupe Connaught
Alors en tête de la senior league, Grand Trunk s’attaque à la coupe Connaught. Pour faire simple, la coupe Connaught, c’est en quelque sorte le championnat canadien. Voyez-la comme la coupe Stanley du football. Pour espérer devenir champion du Dominion, les équipes du Québec doivent passer par un tournoi qualificatif provincial, qui donne accès à la demi-finale nationale (contre le champion ontarien), qui elle ouvre les portes de la finale contre le champion de l’Ouest. C’est donc deux tournois en un.

Le volet provincial de la Connaught Cup se déroulera en juin et juillet, donc en même temps qu’une partie de la Charity Cup. Cela ne ralentit toutefois pas Grand Trunk, qui écarte Sons of Scotland (2-0), puis deux clubs de seconde division, Rosemount AFC (2-0) et Calvin AFC (2-1), pour parvenir en demi-finale. C’est là que Grand Trunk retrouve Verdun City le 19 juillet, deux semaines seulement après la finale de la Charity Cup. Cette fois, et malgré le doute installé en raison de leur première défaite de la saison subie en senior league aux mains des Great War Veterans seulement trois jours plus tôt, la tâche sera nettement plus facile pour les Trunks, qui l’emporteront par la marque de 5-0 et accéderont ainsi à la finale face aux Royal Highlanders (que vous connaissez peut-être sous le nom de régiment du Black Watch). Les Highlanders, de retour après quelques saisons de pause tandis que le régiment était parti au combat, sont alors premiers de seconde division. Quant à eux, les Trunks mènent toujours la première division.

Malgré un différend portant sur le partage des recettes du match ayant amené les deux finalistes à menacer la P.Q.F.A. de ne pas jouer, la finale se disputera le 2 août sur le terrain de la Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.) à Westmount. Le record d’assistance précédemment établi lors de la finale de la Charity Cup est battu, alors que plus de 4 000 spectateurs se présentent au stade. Comme l’équipe joue en première division, Grand Trunk est évidemment le grand favori de la finale. De fait, les spectateurs sont à peine installés que les Trunks prennent les devants 1-0 sur un tir de Smith. Celui-ci ajoutera un second but avant la mi-temps et l’équipe ne sera jamais réellement inquiétée par les Highlanders. Grand Trunk s’imposera 4-1, remportera donc une seconde finale consécutive et gagnera ainsi la possibilité de soulever un second trophée quelques jours plus tard.

GTR_1919_Canada_Soccer
La fantastique équipe de Grand Trunk en 1919. [Canada Soccer]

Champion du Dominion
En demi-finale nationale, Grand Trunk devra se défaire du vainqueur de la portion ontarienne du tournoi, Old Country, de Toronto. C’est le jour où débute la coupe du Québec que Grand Trunk se rend en Ontario pour le match aller. Et c’est la catastrophe : Grand Trunk s’effondre devant une grande foule massée au Varsity Stadium de Toronto, sur le lourd score de 4-1. Il y aura fort à faire pour renverser la vapeur trois jours plus tard lors du match retour à Montréal.

Le 9 août, les demi-finalistes se donnent rendez-vous au stade du National, à Maisonneuve. Pour permettre à tous d’assister à la partie, tous les autres matchs prévus par la P.Q.F.A. sont annulés. Environ 6 000 spectateurs viendront appuyer les Trunks pour les aider à réussir l’exploit, même si peu croient aux chances des « Railwaymen ». Misant sur son avance, Old Country commet l’erreur de laisser le ballon aux locaux. Et Grand Trunk, fidèle à son habitude, n’hésite pas à se lancer à l’assaut du but adverse. Adamson ouvre rapidement la marque de la tête (1-0). Grand Trunk presse, Old Country défend plutôt bien, mais Bennett, son gardien, doit quand même se manifester à plusieurs reprises. Puis, c’est la catastrophe : Adamson se blesse au genou et doit quitter le match; Grand Trunk devra continuer à dix. La physionomie du match ne change pourtant pas. Bennett fait des miracles, jusqu’à ce que McLeish fasse 2-0 juste avant la pause. Toujours à dix en seconde mi-temps, Grand Trunk continuera d’attaquer sans relâche et finira par briser son adversaire en marquant à trois reprises (Woutersz 2x, Stott) pour l’emporter 5-0 (6-4 au cumulatif) et mériter le droit d’affronter les Winnipeg War Veterans en finale.

Cinq jours plus tard, c’est encore au stade du National que Grand Trunk accueille Winnipeg pour le match aller de la finale de la coupe Connaught, tournoi auquel auront participé deux cents équipes à l’échelle nationale cette année-là. La foule, nombreuse, aura droit cette fois à un match beaucoup plus serré qu’en demi-finale. Encore une fois, c’est Grand Trunk qui sera l’agresseur en première mi-temps. La chance sera de son côté; l’équipe prendra les devants sur un but marqué contre son camp par Simpson. En seconde mi-temps, McLeish doublera l’avance des siens, mais Winnipeg prendra ensuite l’ascendant et réduira l’écart grâce à Howell avant de dominer la fin du match. Grand Trunk tiendra bon jusqu’à la fin et aura l’avantage d’un but au match retour (2-1).

Le 16 août, près de 5 000 spectateurs se rassemblent au stade de la M.A.A.A. pour le match décisif. Selon un article paru dans la Gazette, aucun autre sport ne peut se vanter d’attirer de si grandes foules à Montréal à l’époque; le football est de loin le sport le plus populaire. Le match s’amorce et sans surprise, Grand Trunk part à l’offensive, cherchant à accentuer son avantage d’un but. La première mi-temps est âprement disputée, si bien qu’il faut parfois séparer les adversaires qui en viennent aux poings et calmer les ardeurs, mais aucun des deux clans ne parvient à marquer. En seconde mi-temps, les Trunks augmentent la pression et Winnipeg finit par craquer quand Stott ouvre le score avec 20 minutes à jouer (1-0). Grand Trunk se contente ensuite de protéger son avance, se permettant de temps en temps une incursion dans le territoire adverse, mais Winnipeg ne peut plus rien. Grand Trunk est champion du Dominion! C’est la première fois qu’un club du Québec remporte le titre national! La foule en liesse envahit le terrain et porte les joueurs en triomphe.

La coupe du Québec
Tandis que Grand Trunk atteint le sommet de la pyramide nationale, la coupe du Québec, elle, n’attend pas. Grand Trunk devra rattraper le temps perdu et conjuguer senior league (où l’équipe a perdu du terrain en raison de matchs remis pour lui permettre de jouer dans les diverses coupes) et coupe du Québec. Malgré son horaire chargé, l’équipe continue sur sa lancée. Devant jouer son match de première ronde remis en raison de sa participation à la coupe Connaught, l’équipe battra successivement Rosemount le 20 août (3-1), puis l’équipe junior de Sons of Scotland (8-2) le 23 août. En troisième ronde, Grand Trunk marque cinq fois en seconde mi-temps et l’emporte 5-0 sur l’équipe junior de Rosemount, qui remportera le titre en troisième division cette année-là. Les Trunks accèdent à la demi-finale, où les Royal Highlanders comptent bien se venger de la lourde défaite subie en finale provinciale de la coupe Connaught. De fait, les soldats sont les premiers à marquer, mais joueront de malchance en seconde mi-temps, quand Smith, défenseur des Highlanders, marquera contre son camp et qu’un peu plus tard, un tir de loin d’Adams trouvera un peu par hasard le fond des filets. Grand Trunk disputera une autre finale!

La grande finale de la coupe du Québec 1919 se jouera le 4 octobre sur un terrain qui a bien servi à Grand Trunk : le stade du National. Grand Trunk affrontera le Canadian Pacific Railway (C. P. R.), vainqueur de Verdun City en demi-finale, et contre lequel il doit aussi rattraper un match en senior league; exceptionnellement, le résultat du match comptera en ligue et comme finale de la coupe. Une finale de coupe qui vaut deux points, c’est plutôt rare! Cette situation plutôt biscornue s’explique par un protêt déposé par Vickers auprès de la Dominion Football Association (D.F.A.) portant sur un match de coupe du Québec. La finale ne peut donc être jouée. Toutefois, la P.Q.F.A. décide que le match comptera comme un match de ligue, et la D.F.A. annonce qu’il comptera en tant que finale de la coupe du Québec si le protêt de Vickers est rejeté.

Le match débute devant une grande foule massée dans les tribunes du stade du National. D’emblée, Grand Trunk part à l’attaque, fidèle à son habitude. Mais son opposant ne se laisse pas faire et le ballon voyage d’un bout à l’autre du terrain pendant plusieurs minutes. Puis, Smith donne les devants à Grand Trunk après avoir profité d’un cafouillage dans la défense. C.P.R. ne mettra pas de temps à répliquer, sur un tir imparable d’Angel. Le jeu demeure très égal, et la mi-temps est sifflée sur le score de 1-1. En seconde mi-temps, le match est toujours aussi serré, et la défense de Grand Trunk doit se signaler à quelques reprises pour éviter le pire. Puis, Smith, encore lui, bat le gardien Taylor d’un tir de loin (2-1). Dans les dernières minutes, Grand Trunk applique la pression pour tenter de tuer le match, les esprits s’échauffent, mais C.P.R. ne parviendra pas à revenir au score. Grand Trunk l’emporte 2-1 et le protêt de Vickers sera finalement rejeté par la D.F.A. Et de trois trophées pour Grand Trunk! Non! Quatre! Grand Trunk remportera également la coupe Caledonia, remise lors du match de football organisé chaque année par la Caledonian Society.

Et le championnat?
En senior league, Grand Trunk ne perd du terrain qu’en raison des matchs retardés pour lui permettre de jouer en coupe. Mais n’ayant subi qu’une seule défaite en ligue, les Trunks n’ont jamais perdu le contact avec les équipes de tête, soit Verdun City, Lyall et C.P.R. À son tout dernier match, Grand Trunk doit l’emporter contre Vickers pour remporter le championnat et conclure ainsi sa saison parfaite. Toutefois, les « Shipbuilders » n’ont pas l’intention d’aider la meilleure équipe du Canada à compléter son tableau de chasse : les deux équipes se quittent sur un pauvre 0-0. Ce point permet toutefois à Grand Trunk de terminer à égalité avec Verdun City. La P.Q.F.A. décide qu’un match sera joué pour départager les deux équipes.

Le match aura lieu au Angus Ground, le terrain du C.P.R., le 8 novembre. Et les spectateurs qui se sont déplacés ne le regretteront pas. La première mi-temps s’amorce sur les chapeaux de roues, et Verdun prend les devants après seulement cinq minutes, quand Edwards marque sur un centre de Reynolds. Peu de temps après, Grand Trunk a l’occasion d’égaliser quand l’arbitre lui accorde un penalty. Smith s’exécute, mais le gardien de Verdun, Dann, stoppe son envoi, puis sa reprise, mais ne pourra rien sur le troisième tir venu cette fois du pied d’Adams (1-1). Peu avant la fin de la première mi-temps, Harris, le gardien de Grand Trunk, repousse un tir, mais le ballon rebondit sur Reynolds, placé au bon endroit au bon moment, et Verdun reprend l’avance (2-1). En seconde mi-temps, Graham égalise pour Grand Trunk sur corner, mais presque aussitôt, Verdun reprend les commandes quand Harris ne parvient pas à maîtriser un tir faible de Hill et laisse le ballon filer au fond du but. Grand Trunk égalise toutefois dans les dernières minutes quand Rae marque de la tête sur corner (3-3). Le match ira en prolongation.

Verdun domine largement la première période de prolongation. Les Trunks sont en difficulté et risquent de voir le titre, l’ultime case à cocher dans leur incroyable saison 1919, leur échapper. Toutefois, les hommes en maillot rayé noir et blanc tiennent bon. Alors qu’il reste neuf minutes à jouer, Rooney s’empare du cuir en milieu de terrain et dévale à toute vitesse dans le camp adverse. Après avoir débordé, il centre le ballon à Rae, qui trompe une nouvelle fois le gardien verdunois de la tête. Cette fois, ça y est. C’est le titre! Il ne reste que quelques minutes à tenir. Le jeu reprend, mais alors qu’il reste sept minutes à jouer, l’arbitre interrompt la partie. Il estime qu’en raison de la noirceur, on ne voit plus suffisamment le ballon pour pouvoir jouer. Le match est abandonné et devra être rejoué! Pour ajouter l’insulte à l’injure, au même moment, moins de trois kilomètres plus à l’est, sur le terrain de Vickers, le match décidant de la relégation en seconde division entre Sons of Scotland et Nomads, remporté 2-1 en prolongation par les Scots, sera joué jusqu’au bout!

C’est sur le terrain de Vickers, à Maisonneuve, que les deux équipes se rencontrent à nouveau le samedi 15 novembre en milieu d’après-midi. Ses joueurs étant probablement englués par les excès réalisés la veille lors du banquet annuel du club, Grand Trunk cède en premier, tôt dans le match, comme lors du premier affrontement. Et cette fois encore, c’est Edwards le buteur; il bat Harris d’un puissant tir. Le match répond aux attentes, les deux équipes prouvant que ce n’est pas pour rien qu’elles doivent jouer un match de barrage pour se départager. Tantôt, Grand Trunk applique la pression, tantôt, c’est Verdun. Le gardien des Trunks est toutefois plus souvent sollicité que son vis-à-vis verdunois. Et au bout des 90 minutes réglementaires, Verdun aura profité de sa légère domination pour réussir une chose rare : tenir le zéro contre Grand Trunk et battre les noir et blanc, qui n’avaient perdu que deux fois durant la saison 1919 (en coupe Connaught à Toronto, et en ligue, contre Great War Veterans). Verdun City l’emporte 1-0, est sacré champion de la senior league, et prive ainsi Grand Trunk d’une saison parfaite.