IMFC : Trois choses à surveiller en 2018

Publié par

On le sait, depuis que Joey Saputo a licencié Mauro Biello et placé sa confiance en Rémi Garde, l’Impact est à la croisée des chemins. Bien entendu, nombreux sont les chantiers en cours pour l’entraîneur français, qui aura fort à faire pour gagner sa place dans le cœur des supporters montréalais. La saison 2018 de l’Impact de Montréal s’annonce animée et nombreux sont les sujets qui mériteront notre attention en cette nouvelle année. Plaçons le microscope sur trois d’entre eux.

1) Qui défendra la cage?
Un des points d’interrogation parmi les plus pressants et intrigants est celui qui concerne le poste de gardien titulaire. Personne parmi Evan Bush, Maxime Crépeau et les nouveaux arrivés James Pantemis et Clément Diop ne possède les arguments pour réclamer d’office le poste de titulaire à l’Impact. Certes, Joël Bats est un entraîneur des gardiens aux compétences vastes, mais l’ampleur du chantier est beaucoup trop importante pour espérer une spectaculaire métamorphose de l’un de ses sujets d’ici le début de la saison. La réponse se situe-t-elle dans le recrutement? Probablement. Les bruits de couloirs font état de recherches lancées l’été dernier par l’Impact afin de dénicher un gardien expérimenté possédant une vaste expérience dans un championnat de bon calibre. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Garde. Une fois l’entrée en fonction de Joël Bats, le dossier pourrait s’éclaircir rapidement.

2) Qui pour remplacer Ciman?
Évidemment, le choc de cet entre-saison, hormis l’embauche d’un entraîneur de haut calibre, demeure la remise d’un billet aller simple pour Los Angeles à Laurent Ciman et à sa famille. Bien entendu, il s’agit d’un important morceau à remplacer. Sur le plan sportif, si le Belge n’avait pas connu sa meilleure saison en 2017 (comme la majorité de l’équipe, d’ailleurs), il n’en demeure pas moins que Ciman avait été nommé défenseur de l’année en 2015 et conservait une forte présence sur le terrain. Si vous demandez à n’importe quel attaquant de la ligue s’il préfère affronter l’Impact avec Ciman ou l’Impact sans Ciman, la réponse ne se fera pas attendre, c’est garanti. Cependant, le cas Ciman est un double chantier pour Garde et l’Impact. En plus de devoir trouver un défenseur central qui pourra assurer le même volume de jeu que l’international belge, il faudra aussi effacer le faux pas que cet échange représente en matière de relations publiques. Sur le coup, la grogne populaire était pratiquement généralisée, et la pilule est encore bien loin d’être passée. Garde n’a aucune marge de manœuvre : le remplaçant de Ciman devra être le bon, du premier coup.

3) Les jeunes, oui, mais comment?
Si l’on nous a répété une chose concernant Rémi Garde, c’est son penchant pour développer et jeter dans le bain les jeunes issus du club. Lorsqu’on regarde la structure de développement de l’Olympique Lyonnais, on constate qu’il y a un échelon de plus qu’à Montréal : le noyau « Pro 2 », pensionnaire du championnat de National 2. Bref, le FC Montréal de Lyon, quoi. En 2018, il faudra donc surveiller comment Garde s’y prendra pour travailler avec l’académie, malgré l’absence d’un échelon important, voire crucial, dans la structure de développement. Garde saura-t-il convaincre Joey Saputo que la dissolution du FC Montréal était une erreur?

Voilà les trois points à surveiller cette année qui nous paraissent les plus importants. Toutefois, cette liste est bien entendu loin d’être exhaustive et nous aurions pu en choisir trois autres. Les préoccupations des supporters du bleu-blanc-noir sont naturellement nombreuses, en commençant par l’allure du nouveau maillot principal qui devrait être dévoilé dans les prochaines semaines et qui soulignera certainement le 25e anniversaire du club.

One comment

Commentaires fermés